Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 février 2016 2 02 /02 /février /2016 14:08

APPEL À COMMUNICATION, COLLOQUE DE PARIS DES 17 ET 18 JUIN 2016 DE COMMUNICATION POLITIQUE COMPARÉE

CALL FOR PAPER, PARIS JUNE 17th AND 18th 2016 CONFERENCE IN COMPARATIVE POLITICAL COMMUNICATION (English version below)

Les vendredi 17 et samedi 18 juin 2016, l'Institut des Sciences de la Communication (CNRS-Paris-Sorbonne-UPMC) organise à Paris un colloque international avec le concours du Centre d'Etudes Comparées en Communication Politique et Publique (Ceccopop) dirigé par Philippe J. Maarek, sur le sujet :

Réseaux sociaux et acteurs politiques :

quelle communication politique aujourd’hui ?

Responsable scientifique : Philippe J. Maarek, professeur à l’Université Paris Est – UPEC, membre de l’ISCC

Co-responsable : Arnaud Mercier, professeur à l’Université Paris 2 Panthéon-Assas, membre du CARISM

L’intégration progressive par les élus, les dirigeants politiques et les partis des réseaux socionumériques à leurs répertoires d’action politique oblige les chercheurs à revisiter les questions traditionnelles de la communication politique. L’appropriation par le monde politique des technologies numériques et la reconfiguration des habitudes et des comportements politiques à l’ère d’Internet, ont donné naissance à de nouvelles recherches et renouvelé les questionnements, avec l’idée de cerner les contours d’une « démocratie électronique » éventuelle ou potentielle.

Le colloque s’interrogera en particulier sur l’usage spécifique fait des réseaux socionumériques comme Twitter, Facebook, etc, par les forces politiques constituées (partis, gouvernants, élus…), l’enjeu global étant de comprendre ce qui change avec ces dispositifs dits du « Web 2.0 ». Ne sont-ils adoptés par les professionnels de la politique que comme un outil supplémentaire dans la gamme de tout ce qui fonde l’Internet politique, ou fait-on face à une nouvelle transformation de la communication politique, en raison des spécificités d’usage de ces nouveaux dispositifs et de leur succès de masse, notamment auprès des plus jeunes ?

On sait déjà que ces outils sont de puissants vecteurs de mobilisation sociale et politique, transformant les logiques de « collective actions » en « connective actions » selon le distinguo fort utile proposé par Lance Bennett. Or comment le personnel et les institutions politiques parviennent-ils à réagir, si ce n’est à s’approprier, ces nouveaux vecteurs, qui, pour la première fois, ne les positionnent plus en émetteurs uniques de la communication politique dans l’espace public ? Cela a été manifeste un peu partout dans le monde, de Occupy Wall Street à Los Indignados, en passant par les jeunes chinois de Hong Kong, ou les Iraniens en 2009 et les Tunisiens ou Egyptiens deux ans plus tard. Une sorte de nouvel écosystème militant s’est mis en place, associant bloggeurs, citoyens, aspirations à plus de démocratie, lors de manifestations de rue que les réseaux socionumériques et la téléphonie mobile ont souvent aidé à coordonner et à mobiliser et face auquel le personnel et les institutions politiques ont été obligées de réagir, pour ne pas être dépassés.

Assiste-t-on en conséquence à des changements dans la manière de faire la politique et de communiquer de la part du personnel et des institutions politiques? Ces dispositifs sociotechniques sont-ils déjà pleinement intégrés, digérés, par ces acteurs, ou seulement en voie d’intégration ? Toutes leurs potentialités qui expliquent leur succès massif, sont-elles exploitées par le personnel politique, ou ceux-ci privilégient-ils certains aspects seulement ? Quelle est la place de ces réseaux dans la communication du personnel politique ? Dans quelle mesure ces réseaux sont-ils maintenant intégrés au répertoire des campagnes électorales ? Comment la gouvernance politique s’accommode-t-elle de cette évolution ? Les institutions politiques locales parviennent-elles à s’approprier ces réseaux qui favorisent souvent la proximité ? Quelles transformations l’usage de ces réseaux fait-il subir au travail parlementaire ?

Un des nombreux enjeux que ce colloque entend aborder est de savoir si la mythologie participative et collaborative associée aux dispositifs sociotechniques offerts par ces réseaux se traduit dans les faits : les professionnels de la politique empruntent-ils ou non ces outils ? Si oui, en font-ils un usage incorporant leurs potentialités ou ne l’intègrent-ils qu’à minima, comme un support communicationnel complémentaire, sans aucune intention collaborative avec les citoyens ? De même, la possibilité d’interpellation directe des citoyens vis-à-vis du personnel politique s’exerce-t-elle fréquemment ? Modifie-t-elle la nature de la relation nouée par les électeurs, les citoyens, les sympathisants, avec leurs candidats, leurs élus, leurs militants ?

Au niveau électoral, l’intégration de ces outils au répertoire d’action est à la fois manifeste et en même temps semble incomplète. Des candidats n’ont toujours pas de comptes sur les réseaux sociaux, ou alors ne s’en servent que très peu ou très mal. L’amateurisme semble parfois régner en maître. Est-ce parce que l’usage est encore mal établi ? Est-ce l’outil en soi qui induit ce défaut de maîtrise ? A moins que le problème ne provienne de la difficulté à articuler techniques habituelles de campagne avec ces outils ?

Les mêmes questions se posent du côté des institutions politiques, et notamment des gouvernements et des institutions territoriales. Les réseaux socionumériques peuvent-ils ou sont-ils déjà devenus un outil supplémentaire dans leur panoplie ? Sont-ils intégrés dans les dispositifs de communication publique à l’égal des autres moyens ? L’appropriation de ces dispositifs est-elle l’occasion de transformations sensibles dans la manière de s’exprimer pour ces institution ou les élus qui les dirigent ?

Tout ou partie de ces grandes questions centrales trouveront à se décliner lors de ce colloque sous forme de questionnements multiples. L'Institut des Sciences de la Communication se propose, avec le concours du Centre d'Etudes Comparées en Communication Politique et Publique, d'analyser ce phénomène important de l'évolution de la communication politique actuelle et de ses utilisations lors du colloque de Communication Politique comparée qui réunira chercheurs et professionnels les 17 et 18 juin 2016.

La conférence sera bilingue, français-anglais. Les collègues désireux d'y présenter une communication sont invités à envoyer une demande de participation avant le 19 mars prochain à : maarek@numericable.fr . Les propositions devront comporter un abstract de 250 à 500 mots (1 ou deux feuillets) et un CV d'un feuillet.

______________________________________________________________________________________

CALL FOR PAPER, PARIS JUNE 17th AND 18th 2016 CONFERENCE IN COMPARATIVE POLITICAL COMMUNICATION

______________________________________________________________________________________

On Friday, June 17th and Saturday, June 18th, 2016, the Institute for Communication Sciences of the French National Research Center (ISCC, CNRS-Paris-Sorbonne-UPMC) organizes in Paris an international conference with the help of the Center for Comparative Studies in Political and Public Communication headed by Philippe J. Maarek on:

Social Networks and political Actors: what political communication today?

Scientific direction: Philippe J. Maarek, professor at Paris East – UPEC University, member of ISCC

Scientific co-direction : Arnaud Mercier, professor at Paris 2 Panthéon-Assas Unviersity, member of CARISM

The progressive integration of electronic social networks by political leaders and parties to their repertoires requires scholars to revisit the traditional investigations of political communication. The appropriation by the political sphere of digital technologies and the reconfiguration of political behavior and habits to the Internet age have led to new research and renewed questioning, with the idea of identifying the contours of a possible or potential "electronic democracy".

The conference will particularly look into the specific use of electronic social networks like Twitter, Facebook, etc., by institutional political forces (parties, leaders, elected officials ...). The overall challenge is to understand what is changing because of the so-called "Web 2.0" apparatus. Is it adopted by politician personnel as a plain additional tool among the range of what constitutes the political Internet, or are we facing a new transformation of political communication, due to the specificities of these new devices and to their mass appeal, particularly among the younger audience?

We already know that these tools are powerful vehicles of social and political mobilization, transforming the logic of "collective actions" to "connective actions" according to the useful distinction advocated by Lance Bennett. Or how do staff and political institutions manage to react, if not to put to use, these new vectors, which for the first time, stop their positional monopoly of being the sole transmitters of political communication in the public sphere? This has been obvious all over the world, from Occupy Wall Street to Los Indignados, via young Chinese from Hong Kong, or the Iranians in 2009 and Tunisians or Egyptians two years later. A kind of new militant ecosystem has developed, involving bloggers, citizens, aspirations for more democracy, along the street protests that social networks and mobile telephony have often helped coordinate and mobilize and against which staff and political institutions have been forced to react, in order not to keep being on the run.

Are we therefore witnessing changes for staff and political institutions in their way of communicating and acting on politics? Are these socio-technical devices already fully integrated, digested by these actors, or still only being integrated? Are politicians exploiting all their potential, which explains their massive success, or do they choose only certain aspects? What is the role of these networks in the politicians’ communication? To what extent are these networks now integrated into the campaign repertoire? How does political governance adjust to this development? Do local political institutions manage to appropriate these networks that often strengthen proximity? What changes do these networks induce on parliamentary work?

One of the many challenges that this conference intends to address is whether the participatory and collaborative mythology associated with socio-technical features offered by social networks is reflected in the facts: are political professionals borrowing these tools or not? If so, do they use their potential or do they incorporate them minimally, as an additional communicational support, without any intention to communicate collaboratively with citizens? Similarly, is the possibility for the citizen of contacting politicians directly frequently put into use? Does it change the nature of the relationship established by their candidates, their elected representatives, their activists, with voters, citizens, sympathizers?

On the campaign level, the integration of these tools is both manifest and at the same time seems incomplete. Some candidates still have no social network accounts, or hardly use them, and badly at that. Amateurism sometimes seems to reign supreme. Is it because their usage is not quite stabilized? Is it the nature of the tool itself to cause this lack of control? Or does the problem come from the difficulty to articulate with the usual campaign techniques?

The same questions arise on the side of political institutions, including governments and local institutions. Can social networks constitute an additional tool at their disposal, or is it already the case? Are they integrated into public communications devices on a par with the other means? Does the adoption of these devices form an opportunity for substantial transformation for these institutions’ communication or for the elected politicians who run them?

Any or all of these major central interrogations will be on the floor of the debates during this conference through different approaches. With the help of the Center for Comparative Studies in Political and Public Communication, the CNRS Institute of Communication Sciences intends to analyze this important part of the current evolution of political communication during the conference on comparative political communication which will bring together researchers and professionals from the field on June 17th and 18th 2016.

The conference will be bilingual French-English. Colleagues wishing to present a paper are invited to send an application before March 15th to: maarek@numericable.fr. Proposals should include an abstract of 250-500 words (one or two pages) and short Vitae (one page).

______________________________________________________________________________________

CONSEIL SCIENTIFIQUE / SCIENTIFIC BOARD


Les membres du Conseil Scientifiques seront invités à effectuer une évaluation en « double aveugle » des propositions de participation / The Scientific Board Members will be asked to do a « double blind review » of the paper proposals.

Paul Baines, Cranfield University, Royaume-Uni

Donatella Campus, Università di Bologna, Italie

Maria-José Canel, Universidad Complutense Madrid, Espagne

Alexandre Coutant, UQAM, Montréal, Canada

Ann Crigler, University of Southern California, USA

David Deacon, University of Loughborough, Royaume-Uni

Alex Frame, université de Bourgogne, Dijon, France

Christina Holtz-Bacha, Friedrich-Alexander-Universität Erlangen-Nürnberg, Germany

Darren Lilleker, Bournemouth University, RoyaumeUni

Philippe J. Maarek, Université Paris Est - UPEC, France

Eric Maigret, Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle, France

Anna Matušková, Charles University, Rép. Tchèque

Gianpietro Mazzoleni, Università degli Studi di Milano, Italie

Arnaud Mercier, Université Paris 2, France

Ralph Negrine, Sheffield University, Royaume-Uni

Lars Nord, Midwestern University, Suède

Stylianos Papathanassopoulos, National and Kapodistrian University of Athens, Grèce

Nicolas Pelissier, Université de Nice-Sophia-Antipolis, France

Jordi Rodriguez Virgili, University of Navarra in Pamplona, Espagne

Brigitte Sebbah, Université Paris Est - UPEC, France

Jesper Strömbäck, Mid Sweden University, Suède.

Claes de Vreese, University of Amsterdam, Pays-Bas

Dominic Wring, University of Loughborough, Royaume-Uni

Dannagal Young, Delaware University, USA

______________________________________________________________________________________

Le Comité d'Organisation de la Conférence est composé de:

Philippe J. Maarek, ISCC/ Ceccopop

Christophe Potier-Thomas, ISCC

Assistés de:

Marie-Laure Bonnet, ISCC

Marta Rebolledo de la Calle, Ceccopop

______________________________________________________________________________________

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES / REFERENCES

Aharony N., 2012, Twitter use by three political leaders: An exploratory analysis. Online Information Review, 36, p. 587-603.

Aparaschivei P. A., 2011, The use of new media in electoral campaigns: Analysis of the use of blogs, Facebook, Twitter, and YouTube in the 2009 Romanian presidential campaign, Journal of Media Research, 2, p. 39-60.

Bastos M., Mercea D., 2015, Serial activists: Political Twitter beyond influentials and the twittertariat, New Media & Society, (online).

Baym, N., 2010, Personal connections in the digital age. Chichester: Polity Press.

Bennett W. L., Segerberg A., 2013, The logic of connective action: Digital media and the perso- nalization of contentious politics, Cambridge, Cambridge University Press.

Bennett, L. et A. Segerberg, 2013, The Logic of Connective Action: Digital Media and the Personalization of Contentious Politics, Cambridge, 256 p.

Bentivegna S., Marchetti R., 2015, Live tweeting a political debate: The case of the ‘Italia bene comune’, European Journal of Communication, 2015, 30 (6) p. 631-647.

Bentivegna S., (ed.), 2014, La politica in 140 caratteri. Twitter e spazio pubblico, Milano : ANgeli

Bentivegna S., 2014, Beppe Grillo’s dramatic incursion into the Twittersphere: Talking politics in 140 characters. Contemporary Italian Politics, 6 (1), p. 73-88.

Bethany A. C., Kenski K., Wang D., 2013, Twitter Use by Presidential Primary Candidates During the 2012 Campaign, American Behavioral Scientist, 57 (11), p. 1596-1610.

Bode, L. and Dalrymple, K. E., 2014, Politics in 140 Characters or Less: Campaign Commu- nication, Network Interaction, and Political Participation on Twitter. Journal of Political Marketing, (online).

Bode, L., Vraga, E. K., Borah, P., and Shah, D. V., 2014, A New Space for Political Behavior: Political Social Networking and Its Democratic Consequences. Journal of Computer-Mediated Communication, 19(3), pp. 414-429.

Brachotte, G. and Frame, A., 2011, Appropriation et usages des TIC chez des « leaders » politiques en France et en Grande-Bretagne: pratiques et discours. In: Liénard, F. and Zlitni, S. (Eds.), Lacommunication électronique: enjeux de langues, Limoges : Lambert-Lucas, pp.65-76.

Bruns A., Skogerbø E., Christiansen C., Larsson A. O., Enli V (Eds.), 2016, The Routledge Companion to Social Media and Politics, London, Routledge.

Burgess J., Bruns A., 2012, (Not) the Twitter election: The dynamics of the #ausvote conversa- tion in relation to the Australian media ecology, Journalism Practice, 6 (3), p. 384-402.

Ceron A., d’Adda G., 2015, E-campaigning on Twitter: The effectiveness of distributive promises and negative campaign in the 2013 Italian election, New Media & Society, (online).

Cervulle M., Pailler F., 2014, #mariagepourtous : Twitter et la politique affective des hashtags, Revue française en sciences de l’information et de la communication, (online).

Coutant A., (dir.), Internet et politique, Paris, CNRS Éditions, 2012.

Coutant A., Stenger T. (dir.), 2011, Hermès, 59 : Ces réseaux numérique dits sociaux.

Dubois E., Gaffney D., 2014, The Multiple Facets of Influence: Identifying Political Influentials and Opinion Leaders on Twitter, American Behavioral Scientist, 58 (10), p. 1260-1277.

Elmer G, Langlois G and McKelvey F (2013) The permanent campaign: New media, new politics. Information Polity, 18 (1), p. 97-100.

Elmer G., 2012, Live research: Twittering an election debate, New Media & Society, 15 (1), p.18-30.

Evans HK, Cordova V., Sipole S, 2014, Twitter style: an analysis of how house candidates used Twitter in their 2012 campaigns. PS: Political Science & Politics, 47 (2), p. 454-462.

Evans, H., Cordova, V., and Sipole, S., 2014, Twitter Style: An Analysis of How House Can- didates Used Twitter in Their 2012 Campaigns. PS: Political Science & Politics, 47 (2), p. 454-462.

Frame, A. 2012, « Too many twits ? Réseaux sociaux et mise en scène de l’intimité par les candidats aux élections législatives britanniques en 2010 », in Crinquand, S & Bravo, P (éds.), Les frontières de l’intime, Bruxelles : Editions EME, p.77-89.

Frame, A., and Brachotte, G., 2015a, Le tweet stratégique: Use of Twitter as a PR tool by French politicians. Public Relations Review, 41

Frame, A., and Brachotte, G., 2015b, Of “Tweets”, “Twits” and “Twats”. Use of Twitter by Leaders’ Partners during Election Campaigns. In F. De Chantal and A. Alexandre-Collier (Eds.), Political Leadership in Western Democracies. London: Palgrave Macmillan.

Golbeck J., Grimes J., Rogers A., 2010, « Twitter Use by the U.S. Congress ». Journal of the American Society for Information Science and Technology, 61 (8) p. 1612-1621.

Golbeck, J., Grimes, J., Rogers, A., 2010. « Twitter Use by the U.S. Congress ». Journal of the American Society for Information Science and Technology 61 (8), p. 1612–1621.

Graham T., Jackson D., Broersma M., 2014, New platform, old habits? Candidates’ use of Twitter during the 2010 British and Dutch general election campaigns, New Media & Society, (online).

Grant, Will J., Brenda Moon, et Janie Busby Grant. 2010. « Digital Dialogue? Australian Politicians’ use of the Social Network Tool Twitter ». Australian Journal of Political Science 45 (4), p. 579-604.

Fabienne Greffet F. (dir.), 2011, Continuerlalutte.com. Les partis politiques sur le web, Paris, Presses de Sciences Po.

Haleva-Amir S., 2016 ( forthcoming), Talking to Themselves: A Classification of Facebook's Political Usages and Representatives' Roles among Israeli Members of Knesset, in: Alex Frame & Gilles Brachotte (eds.), Citizen Participation and Political Communication in a Digital World, Londres, Routledge.

Haridakis P., Hanson G., 2011, Comparing You Tube, social networking and other media use among younger and older voters, in : J. A. Hendricks, L. Lee Kaid (eds), Techno politics in presidential campaigning, New York, Routledge,

Harris L., Harrigan P., 2015, Social Media in Politics: The Ultimate Voter Engagement Tool or Simply an Echo Chamber ?, Journal of Political Marketing, 14 (3), p. 251-283.

Jacob Groshek, Ahmed Al-Rawi, 2013, Public Sentiment and Critical Framing in Social Media Content During the 2012 U.S. Presidential Campaign, Social Science Computer Review, 31 (5), p. 563-576.

Johnson, T., Perlmutter, D., 2010, Introduction: The Facebook election. Mass Communication and Society, 13, p. 554–559

Karatzogianni, A., Kuntsman, A., 2012, Digital cultures and the politics of emotion: Feelings, affect and technological change. London, Palgrave Macmillan.

Larsson A. O., Moe, H. 2014, Triumph of the Underdogs? Comparing Twitter Use by Political Actors During Two Norwegian Election Campaigns, SAGE Open, October-December, (online).

Larsson, A., 2015, The EU Parliament on Twitter - Assessing the Permanent Online Prac- tices of Parliamentarians. Journal of Information Technology & Politics, 12 (2), p. 149-166.

Lassen D. S., Brown A. R., 2011, Twitter: The electoral connection? Computer Review, 29, 419-436.

Lawless, J. L., 2012, « Twitter and Facebook: New Ways for Members of Congress to Send the Same Old Messages? » In Richard Logan Fox et Jennifer Ramos (eds.) iPolitics: citizens, elections, and governing in the new media era, New York, Cambridge University Press, p. 206-232.

Lawless, Jennifer L., 2012, « Twitter and Facebook: New Ways for Members of Congress to Send the Same Old Messages? » In iPolitics: citizens, elections, and governing in the new media era, édité par Richard Logan Fox et Jennifer Ramos, New York: Cambridge University Press, p. 206-232.

Lilleker D. G., 2015, Interactivity and Branding: Public Political Communication as a Marketing Tool, Journal of Political Marketing, 14 (1-2), p. 111-128.

Lilleker, D. G., & Koc-Michalska, K., 2013, Online political communication strategies: MEPs, E-represen- tation and self-representation. Journal of Information Technology & Politics, 10, p. 190–207.

Lilleker, D., & Vedel, T., 2013, The internet in campaigns and elections. In W. Dutton (Ed.), Oxford handbook of internet studies, Oxford: Oxford University Press, p. 401–420.

Lilleker, D., Koc-Michalska, K., Schweitzer, E., Jacunski, M., Jackson, N., and Vedel, T., 2011, Informing, engaging, mobilizing or interacting: Searching for a European model of web campaigning. European Journal of Communication, 26 (3), p. 195-213.

Longhi J., 2013, « Essai de caractérisation du tweet politique », L'information grammaticale, 136, p. 25-32.

Maarek, P.J, 2011, Communication and Political Marketing, Wiley-Blackwell, 268 p.

Maarek, P.J., 2014, Communication et Marketing de l’Homme Politique, LexisNexis, 544p.

Mercea, D., 2015, Making sense of democratic institutions intertextually: Communication on social media as a civic literacy event preceding collective action, The Communication Review, 18 (3), p. 189-211.

Mercier, A., (2016, forthcoming) « Twitter as a Counter Public Sphere. Polemics in the Twittersphere during French Electoral Campaigns », In: Alex Frame & Gilles Brachotte (eds.), Citizen Participation and Political Communication in a Digital World, Londres, Routledge, p. 139-152.

Mercier, A., 2013, Avènement du Twiléspectateur et hashtags contestataires. In P. Maarek (Dir.), Présidentielle 2012 : une communication politique bien singulière. Paris: L’Harmattan, p. 165–200.

Mercier, A., 2015, L’intégration de Twitter au répertoire d’action électorale des campagnes municipales françaises de 2014. In S. Zlitni and F. Liénard (Dir.), La communication électronique : enjeux, stratégies et opportunités. Paris: Lambert-Lucas, p. 149-168.

Norris, P., 2003, Preaching to the converted? Pluralism, participation and party websites. Party Politics, 9, p. 21–45.

Papacharissi Z., 2016, Affective publics and structures of storytelling: sentiment, events and mediality, Information, Communication & Society, 19 (3), p. 307-324.

Parmelee J. H., 2014, The agenda-building function of political tweets, New Media & Society, 16 (3), p. 434-450.

Penney J., 2014, Motivations for participating in ‘viral politics’: A qualitative case study of Twitter users and the 2012 US presidential election, Convergence, (online).

Penney J., Dadas C., 2014, (Re)Tweeting in the service of protest: Digital composition and circulation in the Occupy Wall Street movement, New Media & Society, 16 (1), p. 74-90.

Postill J., 2014, Democracy in an age of viral reality: A media epidemiography of Spain’s indignados movement, Ethnography, 15 (1), p. 51-69.

Skovsgaard M., Van Dalen A., 2013, « Dodging the gatekeepers ? Social media in the campaign mix during the 2011 Danishelections », Information, Communication & Society, 16 (5), p. 737-756

Small T., 2010, « La politique canadienne en 140 caractères : la vie des partis dans l’univers Twitter », Revue parlementaire canadienne, 33 (3), p. 45-49.

Strandberg, K., 2013, A social media revolution or just a case of history repeating itself? The use of social media in the 2011 Finnish parliamentary elections. New Media & Society, 15 (8), p. 1329-1347.

T. Giasson T., Le Bars G., Bastien F., Verville M., 2013, #Qc2012. L’utilisation de Twitter par les partis politiques, in F. Bastien, É. Bélanger, F. Gélineau (dirs.), Les Québécois aux urnes: les partis, les médias et les citoyens en campagne, Montréal, PUM.

Thimm C., Dang-Anh M., Einspänner J., 2014, Mediatized Politics – Structures and Strategies of Discursive Participation and Online Deliberation on Twitter, in: F. Krotz, A. Hepp (eds.), Mediatized Worlds: Culture and Society in a Media Age, Basingstoke, Palgrave Macmillian, p. 253-269.

Thimm C., Einspänner J., 2012, Public Affairs Management in Zeiten von Social Media. In: Ansgar Zerfaß, Thomas Pleil (Hrsg.), Handbuch Online-PR. Strategische Kommunikation in Internet und Social Web, Konstanz, UVK.

Thimm, C./Dang-Anh, M./Einspänner, J., 2014, Mediatized Politics – Structures and Strategies of Discursive Participation and Online Deliberation on Twitter. In: Krotz, Friedrich/Hepp, Andreas (eds.), Mediatized Worlds: Culture and Society in a Media Age. Basingstoke: Palgrave Macmillian, p. 253-269.

Thimm, Caja, 2011, The Visuals of Online Politics: Barack Obama’s Web Campaign. In: Depkat, Volker/Zwingenberg, Maike (Eds.), Visual Cultures – Transatlantic Perspectives. Publications of the Bavarian American Academy, p. 185-203.

Thimm, Caja, 2012, Political Conflict, Microblogging and the changing Role of the Citizens: Examples from Germany, Tunisia and China. Proceedings of the 4th International Conference on Mobile Media for Development, p. 388-398

Thorson E., Hawthorne J., Swasy A., McKinney M. S., 2015, Co-Viewing, Tweeting, and Facebooking the 2012 Presidential Debates, Electronic News, 9 (3), p. 195-214.

Towner T. L., & Dulio D. A. (2012). New media and political marketing in the United States: 2012 and beyond. Journal of Political Marketing, 11, p. 95-119.

Trilling D., 2015, Two Different Debates? Investigating the Relationship Between a Political Debate on TV and Simultaneous Comments on Twitter, Social Science Computer Review, 33 (3), p. 259-276.

Tufekci, Z. and Wilson, C., 2012, Social Media and the Decision to Participate in Political Protest: Observations From Tahrir Square. Journal of Communication, 62 (2), p. 363-379.

Vesnic-Alujevic L., Van Bauwel S., 2014, YouTube: A Political Advertising Tool? A Case Study of the Use of YouTube in the Campaign for the European Parliament Elections , Journal of Political Marketing, 13 (3), p. 195-212.

Zappavigna M., 2012, Discourse of Twitter and Social Media: How We Use Language to Create Affiliation on the Web, Bloomsbury Academic.

Published by CECCOPOP - Communication politique et publique
commenter cet article
2 juillet 2015 4 02 /07 /juillet /2015 12:07
L'ouverture du colloque par Patrick Charaudeau

L'ouverture du colloque par Patrick Charaudeau


Ce colloque, le 21e colloque annuel organisé par le Ceccopop sans interruption depuis 1995 marquait une nouvelle collaboration du Centre avec l'Institut des Sciences de la Communication.

Le colloque fut ouvert par Patrick Charaudeau, conférencier invité. Lors de sa communication,"Le populisme au prisme d'un regard sémiologique - Le populisme est-il de droite ou de gauche?", il fit une analyse précieuse des populismes aujourd'hui et de leurs modes de communication politique, démontrant avec précision le brouillage doctrinal et communicationnel produit, le plus souvent sciemment, par les populismes aujourd'hui - sans compter des questions liées aux différences culturelles d'un pays européen à l'autre.

Lors des quatre ateliers qui suivirent,"L’Union Européenne, comme facteur agrégateur du populisme en Europe ?", "L’influence de la couverture médiatique des populismes", "Les stratégies de communication des partis populistes", "Nouveaux populismes et medias sociaux", les interventions des chercheurs venant de toute l'Europe et des Etats-Unis ont été fort suivies. Elles se sont conclues par un atelier informel qui leur était réservé où les points forts du colloque furent discutés, comme aussi les points à développer

Dominic Wring, David Deacon et Donatella Campus

Dominic Wring, David Deacon et Donatella Campus

Bilingue, le colloque était caractérisé par des présentations powerpoint en Français lorsque l'orateur parlait en Anglais et vice-versa, ce qui permit un fonctionnement sans heurts pour tous les participants, sans les lenteurs de la traduction simultanée.

L'équipe du Ceccopop tient à remercier l'ensemble des intervenants pour la qualité de leur travail et de leur présentation, et, pour lui avoir fait confiance, l'Institut des Sciences de la Communication, co-organisateur du colloque, ainsi que ses partenaires et soutiens, la SFSIC, la Société Française des Sciences de l'Information et de la Communication, et le Conseil Général du Val-de-Marne.

Adriana Stefanel et Lars Nord

Adriana Stefanel et Lars Nord

Voir les commentaires

Published by CECCOPOP - Communication politique et publique
commenter cet article
27 mai 2015 3 27 /05 /mai /2015 14:45
La communication politique des nouveaux populismes

Colloque international

New Populisms Political Communication

International conference

à l'Institut des Sciences de la Communication

Paris, 26 et 27 juin 2015

_____________

Colloque organisé par l’ISCC et le Centre d’études comparées en communication politique et publique (CECCOPOP), à l’initiative de Philippe J. Maarek, professeur des universités, avec le soutien du Conseil général du Val-de-Marne et de la Société française des sciences de l’information et de la communication (SFSIC)

Conference organised by The Institute of Communication Science (ISCC) and the Center for Comparative Studies in Political and Public Communication (CECCOPOP), headed by professor Philippe J. Maarek, with the support of the General Council of the Val-de-Marne and of the French Information and Communication Society (SFSIC)

_____________

Programme/Program

Les titres sont dans la langue qui sera parlée par l’orateur, les présentations seront dans l’autre langue.

Vendredi 26 juin 2015 / 9h à 18h30

9h à 9h30 – Accueil, café

9h30 à 10h30 – Conférence introductive
Les populismes aujourd’hui au prisme d’un regard sémiologique
Présidents : Pascal Griset, directeur de l’ISCC et Philippe J. Maarek, Université Paris-Est Créteil, Ceccopop
Conférencier : Patrick Charaudeau, professeur émérite à l’Université Paris 13

10h30 à 12h30 – Atelier 1
L’Union Européenne, comme facteur agrégateur du populisme en Europe ?
Président : David Deacon, Université de Loughborough, Royaume Uni
Discutant : Peter Maurer, Université de Vienne, Autriche

L’impact des partis populistes lors des élections au Parlement Européen de 2014
Philippe J. Maarek, Université Paris-Est Créteil, France

Setting the (Eurosceptic) Tone ? Newspaper Coverage of the European Parliament and Its Influence on Public Opinion
Olga Eisele, Institute for Advanced Studies, Vienne, Autriche

Different peoples, different populisms ? Evidence from the 2014 European Parliament Election Campaign in Italy
Marino De Luca, Université de Cagliari, Italie
Antonio Ciaglia, University du Witwatersrand, Johannesburg, Afrique du Sud

« Contre l’Europe, avec le peuple. » La tweet-campagne pour les élections européennes des partis euro-critiques de droite, en France et en Italie
Marina Villa, Università Cattolica del Sacro Cuore, Milan-Brescia, Italie

De l’élection à la représentation : une analyse de discours du rapprochement entre l’UKIP et Movimento 5 Stelle
Giancarlo Luxardo, Université Paul-Valéry Montpellier, France
Marco Michieli, Université de Pavie, Italie

14h à 16h – Atelier 2
L’influence de la couverture médiatique des populismes
Présidente : Donatella Campus, Université de Bologne, Italie
Discutante : Regula Hänggli, Université de Fribourg, Suisse

Media coverage of Podemos in electoral context : Different narratives in traditional and new media
Óscar G. Luengo, Université de Granada, Espagne
Marta Rebolledo de la Calle, Université de Navarre à Pampelune, Espagne

The UK Independence Party, Populism and the British News Media : Competition, Containment or Cooperation ?
David Deacon et Dominic Wring, University of Loughborough, Royaume Uni

The Left and Right in the South and North : A comparative study of Spanish and Swedish populist parties in the EP elections 2014
Karen Arriaza Ibarra, Université Complutense de Madrid, Espagne
Lars Nord, Mid Sweden University, Suède

Le rôle ambigu des médias « classiques » dans l’ascension de nouveaux partis dits « populistes»: une vue théorique et comparative

Peter Maurer, Université de Vienne, Autriche

16h15 à 18h30 – Atelier 3
Les stratégies de communication des partis populistes
Présidente : Ann Crigler, University of Southern California, États-Unis
Discutant : Óscar G. Luengo, Université de Granada, Espagne

La stratégie de « dédiabolisation » du Front National
Arnaud Mercier, Université de Metz, France

Coming In From The Cold ? The Sweden Democrats’ Campaign Communications in 2010 and 2014
Lars Nord, Mid Sweden University, Suède

Pop politics in Spain bewteen the use of new media and a different use of old media
Eva Pujadas, Université Pompeu Fabra de Barcelone, Espagne

Grillo and the 5 Star movement : organization and communication
Rinaldo Vignati, Istituto Carlo Cattaneo de Bologne, Italie

An Investigation of Active and Reactive Strategies in Election Campaigns : Mainstream Politicians’ Reaction to Populism
Caroline Dalmus et Regula Hänggli, Université de Fribourg, Suisse

On the utility of implicit measures for measuring right-wing populist support
Penelope Sheets Thibaut et Linda Bos, Université d’Amsterdam, Pays-Bas
Hajo G. Boomgaarden, Université de Vienne, Autriche

Samedi 27 juin 2015 / 9h30 à 13h

9h30 à 11h30 – Atelier 4
Nouveaux populismes et médias sociaux
Président : Lars Nord, Mid Sweden University, Suède
Discutante : Donatella Campus, Université de Bologne, Italie

Social Media Populism ? : A Comparison of Tea Party and MoveOn in Competitive U.S. Senate Campaigns
Ann Crigler et Whitney Hua, University of Southern California, États-Unis

Twitter as a tool construction and distribution of frames in populist movements
Jordi Rodriguez Virgili et Javier Lesaca, Université de Navarre à Pampelune, Espagne

From Social Media to the Streets - A content analysis of the Facebook communication by the islamophobic PEGIDA movement in Germany
André Haller, Otto-Friedrich-Universität Bamberg, Allemagne

The Five Star Movement : a democratic tsunami or another one-man show ?
Luca Manucci, University of Zurich (NCCR Democracy program), Suisse

2.0 Romanian Nationalist-Populism. The Futures of the Nationalist-Populist discourse in the Romanian New Media Public Sphere

Daniela Roventa Frumusani and Adriana Stefanel, Bucharest University, Roumanie

11h45 à 13h – Atelier 5
Bilan et discussion générale entre les intervenants (atelier fermé au public)
Président : Philippe J. Maarek, Université Paris-Est Créteil, Ceccopop

___________

Conseil Scientifique de la Conférence / Scientific Board of the Conference :

Paul Baines, Cranfield University, Royaume-Uni

Françoise Boursin, Celsa Paris Sorbonne, France

Donatella Campus, Università di Bologna, Italie

Maria-José Canel, Universidad Complutense Madrid, Espagne

Ann Crigler, University of Southern California, USA

David Deacon, University of Loughborough, Royaume-Uni

Pascal Griset, ISCC, France

Christina Holtz-Bacha, Friedrich-Alexander-Universität Erlangen-Nürnberg, Germany

Denisa Kasl Kollmannová, Charles University, Rép. Tchèque

Isabelle Le Breton Falézan, Celsa Paris Sorbonne, France

Philippe J. Maarek, Université Paris Est - UPEC, France

Eric Maigret, Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle, France

Anna Matušková, Charles University, Rép. Tchèque

Arnaud Mercier, Université de Lorraine à Metz, France

Ralph Negrine, Sheffield University, Royaume-Uni

Lars Nord, Midwestern University, Suède
David L. Paletz, Duke University, USA

Stylianos Papathanassopoulos, National and Kapodistrian University of Athens, Grèce
Nicolas Pelissier, Université de Nice-Sophia-Antipolis, France

Jordi Rodriguez Virgili, University of Navarra in Pamplona, Espagne
Brigitte Sebbah, Université Paris Est - UPEC, France

Jesper Strömbäck, Mid Sweden University, Suède

Claes de Vreese, University of Amsterdam, Pays-Bas

Dominic Wring, University of Loughborough, Royaume-Uni

Comité d’Organisation de la Conférence/ Organizing Committee of the Conference :

Philippe J. Maarek, Ceccopop / Christophe Potier-Thomas, ISCC Assistés de :

Marie-Laure Bonnet, ISCC / Marta Rebolledo de la Calle, Ceccopop

_____________

Lieu/Location :

ISCC, 20, rue Berbier-du-Mets, 75013 Paris (métro Gobelins, ligne 7)

www.iscc.cnrs.fr

Les conditions d’accès à l’ISCC étant restreintes, les inscriptions seront traitées dans l’ordre d’arrivée. Aucune inscription ne pourra avoir lieu sur place. La date limite des inscriptions est fixée au vendredi 12 juin. Pour toutes demandes d’inscriptions et de renseignements, merci d’envoyer un mail à l’adresse suivante : ceccopop(at)gmail.com

Access to the ISCC is restricted, so registration is mandatory, limited, and on a first come first served basis. It will not be possible to get on the spot access. The deadline is Friday, June 12th.
For any information or to register, please send an emai
l at: ceccopop(at)mail.com

_____________

La conférence est organisée par l’ISCC et le Ceccopop avec le soutien du Conseil Général du Val-de-Marne et de la SFSIC

The conference is organized by the ISCC and Ceccopop with the support of the General Council of the Val-de-Marne and the SFSIC

Published by CECCOPOP - Communication politique et publique
29 avril 2014 2 29 /04 /avril /2014 12:10

La communication politique des Européennes 2014 :

quelleEurope pour les Européens? 

 ____

Political Communication for the 2014 European Elections: which Europe for the Europeans ?

____ 

Le CECCOPOP, Centre d'Etudes Comparées en Communication Politique et Publique, à l'initiative de Philippe J. Maarek, professeur des universités, a organisé au Palais du Luxembourg à Paris le vendredi 27 et le samedi 28 Juin 2014 une conférence en communication politique électorale comparée

 

EuropeCFP2 

On June 27th and 28th 2014, the Center for Comparative Studies in Political and Public Communication (Ceccopop) headed by professor Philippe J. Maarek, has convened a 2 days conference in Paris, at the Senate House, Palais du Luxembourg

 

Programme :

(les titres sont dans la langue parlée par l'orateur, les présentations étaient dans l'autre langue)

Program :
(title in the language of the speaker, PowerPoint was in the other language)

 

Atelier 1. Vendredi 27 juin, 9h-10h15 Quel discours de l'Europe?
What discourse from Europe?

Président: Philippe J. Maarek, Université Paris Est, France. Discutant: Arnaud Mercier, Université de Lorraine à Metz, CREM, France

La maturité politique de l’Union Européenne

Toni Ramoneda, Elliad, France

Elections parlementaires européennes : Les campagnes audiovisuelles d'appel au vote de l'Union européenne depuis 1979.
Ariane Demonget, Université de Perpignan, France

New Media and the European Parliament Information Campaign,

Leocadia Diaz Romero, University of Murcia, Spain

IMG 7589Atelier 2. Vendredi 27 juin, 10h30-13h
La professionnalisation des campagnes et des outils
 Campaigns and campaign tools professionalization

Président: David Deacon, University of Loughborough, United Kingdom. Discutant: Susanne Merkle, Erlangen-Nuremberg University, Germany, and Ceccopop

L'Europe des amateurs? La professionnalisation des élections européennes en France

Pierre-Emmanuel Guigo, IEP, et Laboratoire Communication et Politique,

Heurts et malheurs des spots de la campagne "officielle" française (titre provisoire)

Philippe J. Maarek & Brigitte Sebbah, Université Paris Est, Ceccopop, France

Frapper aux portes en 28 langues : retour sur la première campagne de mobilisation de terrain pan-européenne
Vincent Pons, co-fondateur de l'agence Liegey Muller Pons, France, Harvard Business School,USA Guillaume Liegey, co-fondateur de l'agence Liegey Muller Pons, France

La tweet-campagne comparée des candidats aux élections européennes

Arnaud Mercier, Université de Lorraine à Metz, CREM, France

Social Media Strategy of the Members of the European Parliament in the run-up to the 2014 European elections
Karoline Oelsner, Ilmenau T. University, Germany

Tweeting about the 2014 European Parliamentary Elections Comparing the Political Online Agendas in Eight EU-Member States
Christiane Grill & Kathrin Karsay, University of Vienna, Austria

 

Atelier 3. Vendredi 27 juin, 15h-16h
Le thème de la crise économique dans la communication
 Communicating the theme of economic crisis

Président: Arnaud Mercier, Université de Lorraine à Metz, CREM, France. Discutant: David Deacon, University of Loughborough, United Kingdom

‘The good, the bad and the ugly?’ - representations of the economic crisis in German, Italian and Irish political advertising
Christina Holtz-Bacha, Erlangen-Nuremberg University, Germany
Edoardo Novelli, University of Roma 3, Italy,

Kevin Rafter, Dublin City University, Ireland

Communicating on Europe and unpopular public policies: the 2014 European campaign in Italy

Franca Roncarolo, University of Torino, Italy

Atelier 4. Vendredi 27 juin, 16h15-18h30 De l'eurosepticisme au vote de contestation From eurosepticism to an oppositional vote

Président: Donatella Campus, University of Bologna, Italy Discutant: Reimar Zeh, Erlangen-Nuremberg University, Germany

"Une autre Europe est possible" et autres figements dans les discours d’opposition à l’U.E.

Julien Auboussier, Université de Franche-Comté, ELLIAD, France,

Quelle Europe pour les Européens? Le cas de l'Espagne

Jordi Rodriguez Virgili, Teresa Sadaba, Universidad de Navarra, Pamplona, Espagne Marta Rebolledo, Universidad de Navarra, Pamplona, Espagne et Ceccopop

One and only in Europe: Political communication in Croatia in the European elections of two successive years 2013 and 2014 between national and European issues
Boško Picula, University College International Relations & Diplomacy Dag Hammarskjöld, Croatia

The European parliament election of 2014: a decisive British election?

Ralph Negrine, University of Sheffield, United Kingdom

From the Margins to the Mainstream? the UK Independence Party and the 2014 European Parliament Election in the United Kingdom
David Deacon & Dominic Wring, University of Loughborough, United Kingdom

Le discours de l’Alternative pour l’Allemagne (AfD) dans la campagne aux Européennes 2014 – L’émergence d’une parti de droite-populiste ?
Susanne Merkle, Erlangen-Nuremberg University, Germany, and Ceccopop

 

Atelier 5. Samedi 28 juin, 9h30-11h15
Le traitement médiatique de la campagne
 The treatment of the campaign by the Media

Président: Christina Holtz-Bacha, Erlangen-Nuremberg University, Germany. Discutant: Donatella Campus, University of Bologna, Italy

Les dynamiques médiatiques et d’opinion de la campagne des européennes 2014 en France

Christophe Piar, Chargé d'Etudes à l'Institut CSA, France

News media about European issues – comparative framing analysis of British and Polish news media reports of 2014 European Election
Ewa Nowak, Maria Curie-Sklodowska Universisty, Lublin, Poland

Coverage of the European Parliament elections in the news websites in UK and Greece

Dimitrios Souliotis, University of Central Lancashire, United Kingdom,

The future of European integration in commentaries of the French and German elite press – converging or diverging views?
Peter Maurer, University of Vienna, Austria 

Atelier 6. Samedi 28 juin, 11h30-13h
Quel futur pour la communication politique des européennes?
 What future for the european elections political communication?

Bilan et discussion générale entre les intervenants (atelier fermé au public) Roundtable among panelists (not open to the public)

Président: Philippe J. Maarek, Université Paris Est

  ____

Conseil Scientifique de la Conférence / Scientific Board of the Conference:

Donatella Campus, University of Bologna, Italy
Maria-José Canel, Complutense University, Spain
Eric Dacheux, Université de Clermont-Ferrand, France
David Deacon, University of Loughborough, United Kingdom Jacques Gerstlé, Université Paris 1, France
Christina Holtz-Bacha, University of Nurenberg-Erlangen, Germany Denisa Kasl Kollmannová, Charles University, Prague
Philippe J. Maarek, Université Paris Est, France
Anna Matu
šková, Charles University, Prague
Arnaud Mercier, Université de Lorraine à Metz, France
Richard Nadeau, Université de Montréal, Canada
Lars Nord, Midwestern University, Sweden
Nicolas Pelissier, Université de Nice-Sophia-Antipolis, France Brigitte Sebbah, Université Paris Est, France
Claes de Vreese, University of Amsterdam, Netherlands

Comité d'Organisation de la Conférence/ Organizing Committee of the Conference:

Brigitte Sebbah, Ceccopop
Philippe J. Maarek, Ceccopop
Susanne Merkle, Friedrich-Alexander-Universität Erlangen-Nürnberg, Germany et Ceccopop

____

Lieu/Location : Palais du Luxembourg, 26 rue de Vaugirard, 75006 Paris

Les conditions d’accès au Sénat étant restreintes, les inscriptions seront traitées dans l'ordre d'arrivée. Aucune inscription ne pourra avoir lieu sur place. La date limite des inscriptions est fixée au vendredi 13 juin. Pour toutes demandes d’inscriptions et de renseignements, merci d'envoyer un mail à l’adresse suivante : ceccopop@gmail.com

Access to the Senate House is restricted, so registration is mandatory, limited, and on a first come first served basis. It will not be possible to get on the spot access. The deadline is Friday, June 13th. For any information or to register, please send an email at: ceccopop@gmail.com

 

La conférence est organisée par le Ceccopop, avec le soutien du Conseil Général du Val-de-Marne et elle est placée sous le parrainage de François Rebsamen, ancien Maire de Dijon, ancien Sénateur de la Côte d'Or, ancien président du groupe socialiste du Sénat.

The conference is organized by Ceccopop with the support of the "Conseil General du Val-de- Marne", and sponsored by François Rebsamen, former Mayor of Dijon, former Senator of Côte d'Or, former leader of the Socialist Party Group of the Senate House.

 

page4image20976 page4image21136 LogoCeccpopCG-94-Logo.jpg

page4image20792 page4image20952
Published by CECCOPOP - Communication politique et publique
20 mars 2013 3 20 /03 /mars /2013 21:11

 

" L'influence des élections présidentielles françaises et américaines de 2007-2012:

vers un nouveau modèle transnational de campagnes électorales ? "

 

Le CECCOPOP, Centre d'Etudes Comparées en Communication Politique et Publique, à l'initiative de Philippe J. Maarek, professeur des universités, organise au Palais du Luxembourg à Paris le vendredi 14 et le samedi 15 Juin 2013 une conférence en communication politique électorale comparée.

elysee WH

 

Les interventions sont réparties selon quatre thématiques principales:

1. Usages électoraux de la télévision: un media toujours dominant?

2. La nouvelle professionnalisation des outils: internet, plus ou moins?

3. Crises, populisme, popularisme, personnalisation: le programme ou la personne?

4. Vers un modèle mondial de communication électorale? 

 

Le programme complet de la Conférence peut être téléchargé par le lien ci-dessous:

 Programme

 

Conseil Scientifique de la Conférence :

Donatella Campus, Université de Bologne, Italie

Ann Crigler, University of Southern California, Etats-Unis

Christina Holtz-Bacha, Université de Nurenberg-Erlangen, Allemagne

Philippe J. Maarek, Ceccopop, Université Paris Est, France

Eric Maigret, Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle, France

Arnaud Mercier, Université de Lorraine à Metz, France

Richard Nadeau, Université de Montréal, Canada

David L. Paletz, Duke University, Etats-Unis

Claes de Vreese, Université d'Amsterdam, Pays-Bas

Dominic Wring, University of Loughborough, Royaume-Uni

 

Comité d'Organisation de la Conférence:

Brigitte Sebbah

Philippe J. Maarek

Susanne Merkle

(CECCOPOP et Université Paris Est)

 

Lieu : Palais du Luxembourg, 15-15ter rue de Vaugirard, 75006 Paris - salle François Mitterrand

Les conditions d’accès au Sénat étant restreintes, les inscriptions sur place ne seront pas acceptées, et seront traitées, dans l'ordre d'arrivée. La date limite des inscriptions est fixée au vendredi 7 juin.

La conférence est organisée par le Ceccopop, avec le soutien du Largotec, Laboratoire de Recherche Gouvernance, Territoire et Communication (EA 4688), et du Conseil Général du Val-de-Marne et elle est placée sous le parrainage de François Rebsamen, Maire de Dijon, Sénateur de la Côte d'Or.

Inscription obligatoire

Pour toutes demandes d’inscriptions et de renseignements, merci d'envoyer un mail à l’adresse suivante : ceccopop (at) gmail.com

 

 

Published by CECCOPOP - Communication politique et publique
2 juillet 2012 1 02 /07 /juillet /2012 10:40

Une vingtaine de chercheurs en communication, sciences politiques et sciences sociales, ont débattu avec succès devant une nombreuse assistance le vendredi 22 juin sur le thème de " La communication politique des Présidentielles de 2012 " au Palais du Luxembourg.

Capture d’écran 2012-07-02 à 12.50.10

De l'analyse de la construction du discours et de la représentation de l'homme politique en campagne à l'utilisation et la gestion des réseaux sociaux, en passant par l'analyse des traditionnels spots télévisuels des différents candidats, chaque intervenants a su apporter et présenter les différentes facettes et stratégies de la communication et du marketing politique à travers le spectre de sa discipline.


Le colloque donnera lieu dans les prochains mois à la publication d'un ouvrage collectif publié sous l'égide du Ceccopop, que nous ne manquerons pas d'annoncer sur notre site Internet.

L'équipe du Ceccopop tient à remercier l'ensemble des intervenants français et étrangers pour la qualité de leur travail et de leur présentation ainsi que les participants (étudiants, doctorants, cheurcheurs, professionnels et politiques) pour lui avoir fait confiance.

 

N'hésitez pas à consulter l'album photos du colloque!

Published by CECCOPOP - Communication politique et publique
26 juin 2012 2 26 /06 /juin /2012 16:16

Le CECCOPOP, à l'initiative de Philippe J. Maarek, organise au Palais du Luxembourg à Paris le vendredi 22 Juin 2012 de 9h à 18h30 un colloque sur le thème de la communication politique des Présidentielles de 2012.

 

elysee.png

Les interventions sont réparties selon trois thématiques principales:

1. Personnalisation, Peopolisation, la nouvelle construction de la légitimité ?

2. De l'élection primaire à la réalité

3. La campagne vue de l'étranger

3. Tweet, Tube, Tumb et Like : les nouvelles pratiques médiatiques de la campagne électorale

 

Le Conseil Scientifique du Colloque est composé de :

Jamil Dakhlia, Maître de Conférences à l'Université de Nancy 2

François Jost, Professeur à l'Université Paris 3

Philippe J. Maarek, Professeur à l'Université Paris Est (UPEC)

Arnaud Mercier, Professeur à l'Université de Metz

Richard Nadeau, Professeur à l'Université de Montréal

Brigitte Sebbah, Maître de Conférences à l'Université Paris Est (UPEC)

 

Lieu : Palais du Luxembourg, 26 rue de Vaugirard, 75006 Paris - salle Monnerville

Les conditions d’accès au Sénat étant restreintes, les inscriptions sur place ne seront pas acceptées.

La date limite des inscriptions est fixée au mardi 19 juin.

 

Le colloque est organisé par le Ceccopop, qui fait partie du Largotec, Laboratoire de Recherche Gouvernance, Territoire et Communication (EA 4688), avec le soutien du Conseil Général du Val-de-Marne et de la Formation Continue du Département de Communication Politique et Publique de l'UPEC, et placé sous le parrainage de Hugues Portelli, professeur de sciences politiques à l'Université Paris 2 Panthéon-Assas et sénateur du Val-d'Oise.

 

Pour toutes demandes d’inscriptions et de renseignements, veuillez envoyer un mail à l’adresse suivante : ceccopop@gmail.com

 


Published by CECCOPOP - Communication politique et publique
26 juin 2012 2 26 /06 /juin /2012 16:15

8h45 : accueil des participants

9h15 : ouverture officielle du colloque 

9h30 Atelier 1: Personnalisation, Peopolisation, la nouvelle construction de la légitimité?

• La campagne présidentielle au prisme d’une analyse sémiologico-discursive par Patrick Charaudeau , Université de Paris 13

• Présidentielle 2012 : la parole au people ? par Jamil Dakhlia , Université Nancy 2 

• Less is more! Les joies de la rigueur et de la normalité : Stratégies de séduction du négatif par Juan Alonso, Ceccopop

• Retour sur une campagne au quotidien par François Jost, Université Paris 3, CEISME

• La manoeuvre éristique dans le débat d'entre-deux-tours de l'élection présidentielle française de 2012 par Gilles Gauthier, Université Laval de Québec

 

11h30-11h45 pause café

 

11h45 Atelier 2: La campagne vue de l'étranger

• La représentation des candidats à l'élection présidentielle dans la presse allemande par Christina Holtz-Bacha de l’Université d'Erlangen-Nürenberg, Jacob Leidenberger de l’Université Paris Est – UPEC, CECCOPOP, et Susanne Merkle de l’Université d'Erlangen-Nürenberg

• Les élections présidentielles françaises vues du Québec par Richard Nadeau, Université de Montréal

 

12h30  Déjeuner libre

 

14h Atelier 3 : De l'élection primaire à la réalité

• La régulation des campagnes  par Anne Granger, Université Paris Est – UPEC, CECCOPOP

• Primary Colors. L’élection présidentielle à l’épreuve des primaires socialistes par Eric Treille, CRAPE

• Les réseaux sociaux comme outil de prévision électorale par Eric Boutin de l’Université du Sud Toulon Var, I3M et Stéphane Amato de l’Université du Sud Toulon Var, IRSIC

• Les spots de la campagne officielle par Philippe J. Maarek de l’Université Paris Est – UPEC, CECCOPOP et Brigitte Sebbah de l’Université Paris Est – UPEC, CECCOPOP

• La communication des candidats à l’élection présidentielle de 2012 et celle de leurs soutiens, à l’épreuve du mélange des genres : l’exemple du programme télévisé 'On n’est pas couché  par Guillaume Fradin, CERSA

 

16h-16h15 pause café

 

16h15 Atelier 4 : Tweet, Tube, Tumb et Like :  la campagne électorale à l'aune des réseaux sociaux

• Interagir avec la base: les stratégies interactives utilisées par les partis et les candidats durant les élections présidentielles de 2007 et 2012 par Karolina Koc-Michalska, CEVIPOF et Darren Lilleker de l’Université de Bournemouth

• Les pratiques cross-médiatiques de la campagne présidentielle française du printemps 2012 par Lucien Castex, INA, LATTS et Sylvain Parasie de l’Université Paris-Est / Marne-la-Vallée, LATTS 

• L’influence du politique en région : les enjeux du scrutin du second tour au prisme de la presse quotidienne régionale et des candidats par Nathalie Pignard-Cheynel de l’Université Stendhal Grenoble 3 et Brigitte Sebbah de l’Université Paris Est – UPEC, CECCOPOP

• Les Présidentielles de 2012 en ligne: quels usages et quelles perceptions pour les internautes politiques français? par Frédéric Bastien de l’Université Laval de Québec, Gersende Blanchard de l’Université Lille 3, Thierry Giasson de l’Université Laval de Québec, Fabienne Greffet de l’Université de Lorraine, Mireille Lalancette de l’Université du Québec à Trois-Rivières et Stéphanie Wojcik de l’Université Paris Est – UPEC, CEDITEC

• De Mélenchon à Le Pen, les candidats sur Facebook : l’Interactivité Maîtrisé par Marta Marcheva

• Quelle place des réseaux sociaux dans la présidentielle 2012 ? par Arnaud Mercier, Université de Lorraine, CREM

 

Published by CECCOPOP - Communication politique et publique
26 juin 2012 2 26 /06 /juin /2012 16:10

Présidentielle 2012. Une communication politique bien singulière

 Presidentielles2012.jpeg

L’élection présidentielle française de 2012 a présenté de nombreuses singularités qui la distinguent nettement des précédentes du point de vue de la communication politique, comme le montrent dans cet ouvrage les chercheurs du Ceccopop et leurs partenaires étrangers réunis sous la férule de Philippe J. Maarek. D’un point de vue institutionnel, d'une part, un président sortant dans le cadre du mandat réduit à cinq ans se représentait pour la première fois. Cela donna à cette élection l’aspect inhabituel d’un référendum sur un bilan de mandat de Nicolas Sarkozy, bien différent des élections précédentes. D’un point de vue conjoncturel, d'autre part, il est clair que sa personnalité a considérablement plus pesé que celle de ses prédécesseurs, qu'il s'agisse de sa façon "interventionniste" de gouverner ou de son exposition désinhibée de son intimité et de sa personne – face à un François Hollande qui avançait astucieusement sa "normalité". Réseaux sociaux sur Internet et méthodes "classiques" de communication revisitées ont en outre exacerbé ces singularités. 

La communication politique de la présidentielle de 2007

com présidentielleLa victoire de Nicolas Sarkozy aux élections présidentielles de 2007 était-elle aussi prévisible que sa candidature ? Quelles sont les raisons de l'émergence de Ségolène Royal comme candidate socialiste, puis de sa défaite ? Pourquoi une communication fondée sur l'idée "classique" de représentation des citoyens par celui qu'ils élisent a-t-elle pu l'emporter face à une communication politique plus "moderne" fondée sur l'idée de participation ?

 

 

 


La communication politique française après le tournant de 2002

com po france 2002Maintes explications furent données de la défaite au premier tour des élections présidentielles 2002 de Lionel Jospin, qui vint « Comme un coup de tonnerre ». Ce livre, issu du séminaire de recherche 2002-2003 du Centre d'études comparées en communication politique et publique (Ceccopop) de l'Université Paris 12 Val de Marne en donne quelques clefs sous l'angle de la communication politique. 
Les approches méthodologiques et intellectuelles différentes de ses seize auteurs ou co-auteurs se recoupent pour donner un état souvent neuf de la communication politique moderne en France.
Sont explicitées la notion de « dessillement » d'un électorat, qui n'est plus dupe des stratégies de communication des hommes politiques, ou l'influence des nouveaux « médias informatisés ». Plusieurs auteurs exposent l'impéritie des sondages en France qui en fait de nouveaux artéfacts dangereux, produisant un effet opacifiant et manipulateur. Du positionnement faussement décalé et très étudié d'Olivier Besancenot à l'incohérence de la posture de communication de Lionel Jospin, les campagnes des candidats sont passées au crible afin d'indiquer les évolutions qu'elles traduisent. L'ouvrage amène ainsi à se poser la question des limites de la professionnalisation de la communication politique moderne, devenue presque un danger pour la démocratie si elle est mal maîtrisée. 
Des analyses italiennes, espagnoles et québécoises complètent cet ouvrage, en montrant notamment comment les médias de nos deux voisins ont tenté d'exorcicer le risque qu'une situation analogue se reproduise chez eux. L'influence du 21 avril sur le résultat des élections régionales de 2004 est également évoquée. 


 

Published by CECCOPOP - Communication politique et publique - dans Publications
26 juin 2012 2 26 /06 /juin /2012 16:08

La communication politique européenne sans l’Europe : les élections du Parlement européen de 2009

com po européene 2009Existe-t-il un espace public politique européen? L'étude de la communication politique des élections au Parlement européen de 2009 peut en faire douter.
Dans la plupart des pays de l'Union Européenne, à commencer par la France, la communication politique des élections au Parlement Européen de 2009 s'est placée sous le signe paradoxal de l'absence de l'Europe dans les débats. 
Alors que les chercheurs du Ceccopop/Largotec de l'Université Paris Est et leurs partenaires étrangers réunis sous la férule de Philippe Maarek avaient observé lors d'un précédent ouvrage dans cette collection qu'en 2004, ces élections avait souffert d'un fort eurosepticisme, en 2009, l'Europe n'a souvent même pas été le sujet: les enjeux politiques, économiques et sociaux de chacun des pays ont largement pris le pas sur l'objet théorique de la communication, l'élection des députés de l'Union Européenne et les enjeux européens corollaires. 
L'homogénéité technique des modes de communication politique, du spot audiovisuel à Internet, est la seule constante observée par les chercheurs, opposée à l'hétérogénéité inattendue des contenus politiques, tous axés vers la politique intérieure – à la seule exception de la percée fréquente de l'écologie, dénominateur commun tout de même faible de cet Espace Public Européen décidément introuvable.


 

Chronique d’un « non » annoncé : la communication politique de l’Europe (juin 2004 – mai 2005)

crhonique d'un nonLe " non " des Français au référendum sur la Constitution européenne en 2005 (suivi de celui des Néerlandais), était-il imprévisible ? La campagne pour les élections européennes de 2004 ne le laissait-elle pas présager par ses faiblesses et par ses carences ? Les chercheurs du Centre d'Etudes Comparées en Communication Politique et Publique (CECCOPOP) et leurs collègues de plusieurs pays européens ont analysé les campagnes de communication politique des élections parlementaires européennes de 2004, puis celles menées pour le référendum pour la Constitution européenne de 2005. Ils ont constaté que, certes, le " non " au référendum a été en bonne partie provoqué par les erreurs, errements, parfois, de la communication politique de ceux-là mêmes qui défendaient le " oui ".

 Ils exposent aussi la toute nouvelle influence d'Internet, et en particulier des " blogs ". Mais ils constatent en outre que la campagne des élections parlementaires européennes de 2004 contenait en germe le " non " de l'année suivante : à de rares exceptions près, la communication politique de la plupart des partis en campagne pour le Parlement européen apparaissait alors, au mieux, comme principalement dominée par des enjeux nationaux, au pire, comme présentant l'Union européenne comme une Union de tous les dangers contre laquelle il fallait se protéger.


 

Published by CECCOPOP - Communication politique et publique - dans Publications